Je suis papa

J’avoue que cela ne m’avait pas bouleversé pendant la grossesse. Bien sûr j’étais très heureux et nous préparions avec ma femme l’arrivée de notre bout de chou, organisions l’appartement, partagions la bonne nouvelle avec les proches. Mais lorsque ma fille est enfin arrivée, que j’ai pu la tenir dans mes bras, voir sa petite frimousse ouvrant les yeux pour la première fois à la découverte du monde, ce fût comme un déclic, ma vie a complètement chaviré et plus rien ne comptait à part ce trésor annonciateur de bonheur (et de nuits courtes …).

 

Les premiers mois – un rythme à prendre

On reconnaît un papa aux signes distinctifs caractéristiques des cernes noires, la main tremblante prête à bondir au téléphone au moindre message, et du départ du bureau à 18h tapante. Forcément le travail en pâtit un peu mais on apprend d’autant plus à être efficace et optimiser ses heures … au bureau comme à la maison d’ailleurs. Un bébé est énergivore mais ça apporte tellement de joie en contrepartie que finalement on ne sent même plus sa fatigue (les 15 cafés par jour aident). Je souhaite à tous les parents d’avoir un patron compréhensif dans les premiers mois, qui ne regarde pas trop les heures faites mais laisse un temps d’adaptation. J’ai eu la chance en Suisse d’avoir un congé paternité qui m’a permis de m’organiser, aider ma femme, la soutenir dans ce retour à la maison et s’adapter à notre nouvelle vie à plusieurs : 2 jours !!! Oubliez l’idée de ramener du travail à la maison pour les soirs et week-end. En plus de ne pas avoir le temps et de vous prendre une volée par votre femme qui est fatiguée de s’être occupé toute la journée de votre enfant, vous allez vous-même avoir envie d’une seule chose : faire le papa gaga ; et vous risquez de haïr votre boulot si ce que vous ramenez vous en empêche. Privilégiez l’efficacité au travail plutôt que les heures à rallonge.

Je ne vais pas me lancer dans l’exercice de vous donner des conseils sur comment aborder la vie de parent, vos parents, beaux-parents, amis, collègues et passants s’y sont sans doute déjà donnés à cœur joie. Pour ma part je ne retiendrai qu’un truc : faites-vous confiance, élevez votre enfant comme vous pensez être le mieux pour lui et surtout mettez-vous en tête que vous connaissez votre rejeton mieux que les autres (et ils sont tous différents, nous sommes tous différents).

 

Remise en perspective de ses priorités

Je me suis fait la remarque moi-même après quelques temps, autant je m’implique vraiment dans le travail quitte à y penser le soir et week-end, faire des heures sans compter, courir partout ; autant maintenant quand je rentre le soir et y découvre le sourire de ma fille toute excitée à la vue de son papa qui vient d’arriver, tout le stress s’évapore d’un coup et je fais le vide complet.

Oui je suis de nature carriériste (non ce n’est pas un gros mot et je vous assure que c’est bien pour l’employeur aussi, et non jamais au détriment des autres, bien au contraire), mais la top priorité dans ma vie, la place la plus importante et qui passera avant tout est ma famille. Je suis papa. Je suis quelqu’un de très souple, positif, toujours prêt à faire des concessions, répondre oui à toutes les demandes … désormais je fais attention et réfléchis à ce que mes concessions ne se fassent pas au détriment de mes précieux moments père-fille, elle grandit si vite … Pourtant cela ne remet pas en cause ma carrière ou même mes objectifs, la communauté de parents est certainement la plus grande au monde et cela est un atout plus qu’une contrainte 😉

 

Des responsabilités

Dorénavant avec un bébé, votre nouveau-vous a un nouvel aspect : super papa. Attention de supers pouvoirs impliquent de grandes responsabilités !

J’ai toujours veillé à ce que ma femme soit à l’abri qu’importe ce qui pouvait m’arriver, ce n’a été qu’un pas naturel de revoir le tout en y intégrant ma fille, et il a fallu qu’on fasse des choix que nous avons allègrement discutés avec ma moitié : changement de pays si un accident arrive ou prendre une assurance ? Mettre de côté en prévision des études/hobbies/autres ou une assurance invalidité pour l’enfant ? La checklist complète des précautions à penser suivra dans un autre article.

 

Copyright Flynt | Dreamstime.com

Copyright Flynt | Dreamstime.com

De nouveaux objectifs

Vous avez passé le cap de la grossesse et de la réorganisation de votre future vie, vous avez passé le cap de la course à la maternité et des heures interminables à prier que tout le monde aille bien alors que Madame écrasait les doigts de Monsieur entre deux respirations, vous avez passé le cap des nuits blanches et de l’adaptation de votre agenda – il est temps de faire un point sur vous-même.

Ne vous voilez pas la face, vous êtes un super-héros ! En tant que tel, vous voulez l’admiration de votre progéniture et lui apporter le meilleur de vous-même. Pour certains ce sera un jardin pour grandir, pour d’autres lui faire découvrir le monde, lui permettre de suivre ses rêves de devenir artiste ou des cours dans une université prestigieuse (qui sait ce à quoi votre enfant aspirera ?). Personnellement c’est un peu tout ça à la fois et cela demande des finances solides (le nerf de la guerre hein). Bref vous l’aurez compris, les objectifs de carrière vont rejoindre les objectifs personnels où le compromis beau titre / challenges intéressants / bon salaire / équilibre vie de famille va prendre tout son sens. Ainsi je pense qu’il est important de vraiment prendre le temps de faire le bilan sur sa situation, mettre à plat ses objectifs et leur assigner un ordre de priorité pour enfin se fixer des buts.

Pourquoi est-ce important ? Parce que lorsque l’on connaît ses objectifs on se concentre mieux, on prend des décisions qui nous font avancer vers ceux-ci et on évite de se disperser sur des à-côtés que l’on jugera de moindre importance. Pour ma part cela m’a permis de progresser chaque année. Je voulais emménager avec ma femme (plus difficile qu’il n’y paraît quand elle vient d’un autre pays), puis je voulais un poste de chef de projet avant mes 25 ans, un salaire à 6 chiffres avant mes 28 ans, un enfant avant mes 30 ans … J’ai tenu jusqu’ici tous mes objectifs, je suis heureux, et lorsque je regarde en arrière je n’ai pas de regrets et n’ai pas l’impression d’être passé à côté de choses importantes car les choix que j’ai fait m’ont permis de tenir mes buts et justement atteindre ce qu’il y avait de plus important pour moi.

Mes nouveaux objectifs suite à l’arrivée de ma fille ? Lui préparer une petite somme coquette qui lui permettra d’entamer sa vie d’adultes à 20 ans, devenir propriétaire d’un bien qui sera chaleureux et permettra d’accueillir un petit frère ou petite sœur, progresser encore dans ma carrière et assurer le revenu familiale tout en relevant de nouveaux challenges.

Un lien pour vous aider à fixer les vôtres : Comment vous fixer des objectifs

Enregistrer

Vous aimerez aussi...